ACTUALITES A PEUMERIT-QUINTIN et AUX ALENTOURS


Mardi, Michel Connan, maire, a accueilli Louise Chopard, chargée de mission du développement local et du Plan bois, pour la mise en place d’un projet du Pays Centre Ouest Bretagne (Cob) concernant le bocage. Sur le territoire, Peumerit-Quintin va être la première commune à tenter l’expérience.

Si naguère, le bocage faisait le bonheur des paysans en protégeant bêtes et terres, et en lui fournissant le bois et les fagots, les talus ont, depuis plusieurs années, moins bonne presse. Certains ont disparu au profit des cultures, d’autres toujours arborés, nécessitent parfois un sérieux élagage. Un élagage pour lequel Michel Connan, maire, souhaiterait que ses administrés se sentent davantage concernés. Aussi, mardi, il était ravi que Peumerit-Quintin soit la première commune du territoire à recevoir Louise Chopard, chargée de mission du développement local et du Plan bois au sein du Pays Cob, venue lui présenter le plan bocage.

Lien vers l'article du Télégramme.
© Le Télégramme - 25/10/2018


Ce samedi, les personnes âgées de 60 ans et plus étaient conviées au repas communal. Une bonne vingtaine de convives avait répondu à l’invitation. Le doyen de l’assemblée, également doyen des Peumeritois, était Martial Allo, né le 7 mai 1931. La doyenne de la commune, Renée Auffret, n’ayant pu se déplacer, c’est Jeannine Allo, l’épouse de Martial, née le 19 juillet 1933, qui a siégé en qualité de doyenne de l’assemblée. Le repas, préparé par la fine équipe de Denise, restauratrice de « La Cornemuse », à Maël-Pestivien, a été très apprécié. La journée s’est déroulée dans une ambiance des plus agréables, en histoires, et en chansons.

Lien vers l'article du Télégramme.
© Le Télégramme - 14/10/2018


L’association Tal An Dour s’est réunie en assemblée générale samedi 22 septembre, à la mairie, sous la présidence de Philippe Le Guern. Celui-ci a présenté un bilan moral satisfaisant qui, comme les autres points, a été approuvé à l’unanimité des voix.

Ouvertures réduites pour le bistrot

Jean-Yves Feroc, trésorier, a ensuite détaillé les comptes. Le bilan financier est légèrement déficitaire depuis ces trois dernières années. Cette année, le solde négatif s’élève à 350 €. Rien d’affolant puisque l’association détient suffisamment de fonds pour supporter de petites fluctuations. Néanmoins, d’un commun accord, afin de limiter les dépenses de location de salle, dont le montant annuel s’élève à 450 €, l’ouverture mensuelle du bistrot « An Digare » ne sera désormais plus systématique et se fera de préférence en partenariat avec d’autres associations.

Lire la suite sur le site du Télégramme.
© Le Télégramme - 24/09/2018


Le 10 juillet, les amis de la chapelle du loc’h n’ont pas chômé : c’est en effet, pour l’association, le temps fort de l’année. Tous les ans, depuis le début de sa restauration, la chapelle a été le théâtre de deux jours de festivités au cours desquels s’enchaînent les concours de boules, et le repas-crêpe qui clôture l’événement. Le cadre verdoyant et paisible invite aussi de nombreuses familles des environs à s’y retrouver quelques instants devant une boisson fraîche, alors que les enfants s’essayent à la pêche à la ligne. Tous les bénévoles étaient invités au repas de remerciement. Comme le veut la tradition, Louisette Le Bournault, trésorière a dressé le bilan financier de la fête. Les comptes sont sains, et les bénéfices permettront de financer en partie la restauration de la bannière.
© Le Télégramme 


Samedi 7 juillet, une cinquantaine de fidèles a assisté au pardon de Saint Cado, célébré par le père Georges Mutshipayi, à la chapelle du Loc’h. À la fin de l’office, les pèlerins se sont installés sur le placitre pour contempler l’embrasement du tantad, allumé de l’autre côté de la route. Après avoir chanté quelques cantiques, dont le traditionnel Magnificat, chacun s’est retrouvé autour du verre de l’amitié
© Le Télégramme